Un homme est sauvé d’un incendie par son chat

Le 5 janvier, l’appartement de Maximilien Chagnon a été totalement détruit par les flammes. Il ne doit son salut qu’à son chat.

Le chat de Maximilien Chagnon

Le chat de Maximilien Chagnon

Le 5 janvier dernier, un terrible incendie s’est déclaré dans un immeuble de Sherrington, dans la banlieue de Montréal.

En pleine tempête hivernale, le feu s’est rapidement propagé. Plus de 60 pompiers ont été appelés sur les lieux pour essayer de calmer les flammes.

Des sapeurs venus de l’État de New York sont aussi intervenus. Au total, 14 camions-citernes ont été mobilisés pour venir à bout de cet incendie.

Mais le vent soufflait très fort et le feu a détruit malgré tout une entreprise, des bureaux et un immeuble de logement.

Incendie Crédit photo : Cosmo Santamaria – CTV News

Incendie Crédit photo : Cosmo Santamaria – CTV News

Heureusement, il n’y a que quelques blessés légers et aucune victime.

Parmi les habitants miraculés, il y a Maximilien Chagnon. C’est son chat, apeuré, qui l’a sorti de son sommeil, ce qui lui a permis d’évacuer avant que le feu ne ravage complètement le bâtiment.

«C’est mon chat qui m’a réveillé en s’agrippant à ma cuisse avec ses griffes», explique M. Chagnon au site coup d’oeil.info.

L’homme s’est alors réveillé en sursaut et a entendu des cris. Il a ouvert sa porte, et un pompier l’a immédiatement emmené dehors. Mais Maximilien ne voulait pas sortir sans son chat! Malheureusement le temps est compté et les pompiers ne peuvent aller récupérer le chat.

Ce n’est qu’une heure plus tard, lorsque l’incendie a été maîtrisé que Maximilien a pu enfin avoir des nouvelles de son petit compagnon.

«Mon coeur s’est arrêté lorsqu’ils m’ont dit qu’ils avaient trouvé un chat noir, raconte M. Chagnon. Mon chat est gris et blanc. Il a des brûlures au ventre et sous les pattes, il n’a plus de moustaches et il a les oreilles retroussées. Le pompier m’aurait sûrement trouvé dans le même état, si mon chat ne m’avait pas réveillé.»

Maximilien a emmené son chat chez le vétérinaire qui a offert de le soigner gratuitement et de le surveiller jusqu’à ce qu’il aille mieux. «Cette clinique me rend un énorme service», dit M. Chagnon.

Crédits :  Marc-André Couillard / Coup d’oeil.info